L'Art de faire un vin.

Dernière mise à jour : 5 janv.



 
La lettre du Château Lagarette n°6

8 Janvier 2021
 

L’Art de Faire un Vin.

Ce texte est une adresse, à tous ceux que nous avons rencontrés, depuis la fin des années 90, au domaine, ou hors du domaine et qui ont bien voulu échanger avec nous sur ce que veut dire « Faire un Vin » dit autrement, « sur l’Art de Faire un Vin »


Nous souhaitons pour cette nouvelle année 2021, année difficile s’il en est, leur dire à nouveau, ce que signifie pour nous à Lagarette « l’Art de faire un Vin ».


Mais pourquoi donc revenir sur ce que nous avons déjà dit ?


Parce qu’il faut se répéter pour se faire comprendre ? Non ! il n’en est rien.


Aujourd’hui les Arts de Faire un Vin sont, tout à la fois, en pleine "Renaissance" et pris dans une énorme bousculade : confusions, mensonges, calomnies fausses, informations, agressions de tous ordres. ..


Un monde, ( Le Monde des Vins Conventionnels ), est en train de mourir, de perdre sa dominance sur la filière, pour le dire en termes savants. Ce monde qui meurt agresse et combat tous ceux qui ne lui sont pas soumis : Les Bios, les Biodynamistes, les Natures, et autres amoureux du « Bien faire ».


Si nécessaire, nous reviendrons sur ces faits.


Les mondes du vin sont en plein « déconfinement », expression contemporaine ou, si l’on veut, en pleine « décoïncidences », pour parler et penser comme François Jullien.


« Déconfinement », parce que jusqu’à aujourd’hui les mondes du vin étaient confinés par des Institutions « savantes et puissantes » qui faisaient la police en imposant règles et manières de produire et donc de faire du vin. Règles qu’ils avaient eux-mêmes mis en place pour se protéger et pour dominer les différentes Appellations.


« Décoïncidences » Parce que la répétition des process de production, la recherche d’une conformité obéissante, les prétendus Certifications, conduisent à la mort « les manières de faire du vin ».


Il est temps de décoincider, de travailler les écarts, de redonner vie, à cet Art de Faire un Vin, dont nous sommes les héritiers. Il nous faut accompagner les émergences et combattre les discours et les actes de ceux qui ne savent plus « faire leur job » et qui n’ont qu’un seul désir, asservir, contrôler et dominer, ceux qui font.


Pour toutes ces raisons :


II nous faut donc faire savoir, à tous ceux qui veulent bien nous entendre, ce que veut dire présentement, et depuis toujours, « l’Art de Faire un Vin ».


Les Arts de « Faire du vin », ou les Arts de « Faire un Vin ».


Progressivement les manières de faire du vin se sont industrialisées. Des process ont été installés pour produire de grandes quantités de vins.


Pour faire passer tout cela, on a utilisé des discours scientifiques ( vraiment scientifiques ?), et des technologies issues de ces considérations soi-disant scientifiques. Puis, on a fabriqué des produits, générant du « Revenu », qui permettaient disait-on aux vignerons de toujours faire du bon vin.


Donc le vin est devenu un produit fabriqué. Un produit défini, par des Normes et des Certifications.


Or "On ne fait pas du vin", "On Fait un Vin"


Le vin est toujours singulier.

Il est le produit d’histoires locales, où s’enchaînent de la plante à la bouteille, des manières de faire, des manières d’accompagner la plante et le fruit, se transformant.


Un vin ne se fabrique pas. Un vin est accompagné dans sa construction progressive par des vivants humains, des vignerons qui font effort pour le comprendre, dans ses transformations silencieuses, et ses accomplissements…


De quoi sont-elles faites ces manières de faire ?


Entendons-nous. Nous parlons ici de manière de faire, au sens où « les Arts du Faire » dans les différentes expressions artistiques se manifestent par « les manières de faire », qui permettent de produire, ce que l’on veut produire : une table en fer forgé, un fromage, un vin, une musique, une pièce de théâtre, etc.


Manières de faire souvent silencieuses, mais aussi quelquefois doublées, accompagnées, par des manières de dire et de penser. Le tout bien sûr existant dans des circonstances et des situations particulières. Les manières de Faire ne sont pas éternelles. Elles sont le produit d’une histoire. Un moment dans l’histoire. Elles peuvent ne plus évoluer, se figer en quelque sorte ou bien se renouveler. Bien souvent, elles donnent dans le neuf, au fil des échanges et des rencontres.


Un passé.


Ces manières de Faire un Vin, ce sont nos anciens, pères, mères, grands-pères et grands-mères, qui nous les ont apportées, montrées, mises en main. Eux-mêmes, les avaient reçues des générations précédentes. Elles avaient pris forme dans les différentes communautés de travail, régionales, villageoises. Liées avec la nature, elles ont pris forme, différentes formes, en fonction des ressources naturelles de la région, du pays du village, etc. Elles sont le produit des actes de travail, quotidiens, des vigneronnes et vignerons.


Un présent


Ces manières de faire ne sont pas fixées une fois pour toutes. Elles se nourrissent du présent. Elles sont vivantes parce que sans cesse confrontées à celles que mettent en œuvre, d’autres vignerons. Il ne faut pas se les représenter comme des survivances, des objets pratiques immobiles, et sans histoires passées.


Nous avons beaucoup appris du « Vivant des Manières de Faire » en échangeant avec les vignerons membres de RAOC. Groupe de vignerons en biodynamie, fondé par Nicolas Joly. Vingt ans que cela dure et perdure.


Vingt années au cours desquelles nous avons pu, lors des réunions annuelles à Angers, et/ou lors des dégustations, dans différentes villes sur le territoire national, ou à l’étranger, confronter nos Manières de Faire, nos Pratiques comme l’on dit, avec celles, de nos semblables vignerons ou vigneronnes.


Il y a dix ans, à l’occasion du tournage " L' esprit du vin, le réveil des terroirs" nous avons rencontré sur leur domaine, certains de ces vignerons (nes), Séduits par leurs inventivités et leur philosophie de la nature et des vivants. Enrichissements partagés.


Des avenirs possibles.


Présent, passé de nos manières de faire, mais aussi imaginaires, explorations des chemins du possible, décomposition recomposition de l’existant pour s’adapter au présent.


Nos manières de Faire un Vin ne sont pas figées dans le passé, sans manifestation dans le présent, sans rêves les avenirs possibles qui sont les leurs.


En quelques mots et pour finir cette courte contribution sur » les Arts de Faire un Vin » nous dirons qu’ils ne sont pas issus d’un passé conservateur ou d’un présent réactionnaire qui refuserait le présent. Non !


Elles sont bien vivantes ces manières de faire qui constituent les Arts de Faire un Vin.


Elles ont des racines dans le passé des communautés professionnelles, Elles ont des branches qui les relient au présent de ceux qui font vivre actuellement ces communautés Quant à leurs cimes elles cherchent les possibles que dessine la vie qui vient…


Olympe,Yvon Minvielle


 

Château Lagarette Route du Bourg 33360 Camblanes et Meynac


chateaulagarette@orange.fr www.lagarettecuveessingulieres.com/


Olympe : 0614138966 - Yvon : 0603463060


Lagarette EM est une entreprise à Mission.


Yvon Minvielle Sociologue Anthropologue. Viticulteur biodynamie. Editeur. Travaille aujourd’hui sur les Savoirs d’Expériences. yvonminvielle.thesee@orange.fr


Olympe Minvielle, Cinéaste, Vigneronne en biodynamie. " Pour nous, il était important de retrouver le goût du vin de Bordeaux !" olympeminvielle@orange.fr

0 vue0 commentaire